2. rang
Année 2008

Logements à l'Avenue de Provence, Lausanne VD

Le projet BLANCHE NEIGE se caractérise par l'implantation de sept bâtiments identiques de forme polygonale ä 6 côtes égaux. Ce dispositif fait du site un espace filtre entre l'avenue de Provence et la Vallée de la Jeunesse. Du point de vue de sa morphologie, le projet semble assumer une position relativement centrale dans le quartier compensant par son identité le peu de relation immédiate et de continuité avec les bâtiments ou îlots voisins. Les espaces extérieurs ainsi crées ne sont pas hiérarchises, mais facilement appropriables, chaque bâtiment ayant son dégagement extérieur équipe et plante. L'image présentée donne une bonne impression de ce que donnerait un nouveau quartier ä la densité assumée. Le fait que le parking occupe toute la surface en sous-sol soulève toutefois des doutes quant aux réelles possibilités d'arboriser. II est à noter qu'en l'état, les bâtiments ne respectent pas tous l'alignement impose par Je PGA le long de l'avenue de Provence. Leur implantation devrait être revue afin de ne pas avoir recours à l'élaboration d'un Plan Partiel d'Affectation

La forme des bâtiments permet de disposer trois appartements par niveau, chacun profitant de deux orientations au moins. Ce dispositif met tous les logements dans une situation semblable, en ne donnant une attention particulière ni aux dégagements et vues en aval ni aux nuisances sonores en amont. La morphologie des bâtiments permet d'éviter habilement les vis-à-vis trop durs tout en assumant une forte densité. Les cages d'escaliers sont réduites au maximum pour optimiser le rapport aux façades de chaque logement. Les options typologiques permettent de proposer des appartements de 1 à 4 pièces avec la même organisation de base. Le maitre d'ouvrage regrette toutefois le peu de différenciation entre les appartements en PPE ou en location.

Le projet est bon du point de vue économique par rapport à la moyenne des projets analyses, hormis principalement les coûts d'un parking peu rationnel. II prévoit 118 logements répartis dans sept bâtiments. Le ratio SU/SBP et la conception des techniques sont corrects.

Plusieurs chambres des appartements en location sont orientées uniquement sur l'avenue de Provence et ainsi exposées au bruit.

Du point de vue du développement durable et au principal bénéfice de sa densité élevée, le projet se situe dans la moyenne par rapport aux projets analyses.

Toutefois, cette densité s'obtient en particulier au détriment des surfaces vertes et du régime des eaux qui se verrait perturbe par l'ampleur des surfaces imperméabilisées ou situées à la verticale du sous-sol représentant environ 65% de la parcelle (d'importants volumes de rétention devraient donc être intégrés au projet).

Du point de vue énergétique, si la forme et l'implantation des bâtiments ne créent pas trop de disparités quant à la valorisation des apports solaires d'un bâtiment à un autre, la performance thermique globale du projet reste moyenne comparativement aux autres projets analyses.

Finalement, en considérant que la conduite de chauffage à distance soit retenue comme étant le vecteur énergétique dédie à la production de chaleur, tous postes confondus (construction - remplacement - démolition - chauffage - eau chaude ventilation double flux), ce projet solliciterait environ 50 kWh/m2.an (énergie primaire) et devrait émettre plus de 11 kg de C02 par m2 et par an.

Pour conclure, la principale qualité du projet réside dans la forte identité donnée au nouveau lotissement, résultant d'une habile synthèse entre la morphologie bâtie et les types de logements proposes, assumant la nécessaire densité que présuppose le programme. On regrettera la faible perméabilité du sol due à la présence du parking a configuration complexe, peu rationnelle et la faiblesse des arguments concernant le traitement du bruit, qui pousse à conclure que c'est la réduction du trafic sur l'avenue de Provence et le système de double flux plus que l'architecture qui assurera un meilleur environnement sonore.